Le recrutement demande un énorme savoir-faire

Pour accompagner sa croissance, une entreprise doit rechercher de nouveau collaborateur ou bien remplacer un départ. Dans les deux cas, elle doit embaucher, mais comment ? C’est bien encore la question qui bloque la plupart des entreprises quand le moment vient d’embaucher. D’autres choisissent même de faire appel à une agence de recrutement pour fuir ce sujet. Portant, avec quelques astuces, le recrutement peut se faire sans complication.

Savoir recruter, des enjeux forts

Le succès de vos affaires vous pousse à embaucher de nouveaux salariés : bravo ! Seulement, ce chemin n’est pas facile à emprunter. Pratiquement, vous allez devoir faire preuve de rigueur et vous devez surtout être très méthodique. Les enjeux sont forts et avec la pression délai et efficacité qui, la situation n’est pas du tout facile pour vous.

Un très faible droit à l’erreur

Malgré un long processus ponctué de plusieurs entretiens d’embauche, combien d’entreprises ont vu partir un nouvel arrivant après quelques mois de présence ? On sait pourtant que ces départs peuvent laisser de lourdes conséquences en termes organisationnel et surtout financier.

  • Organisationnel : la baisse de l’effectif impacte sur la productivité et le climat social est en berne. Cette situation démotive toute l’équipe et à tout prix le service RH est aux abois. D’autres conséquences peuvent encore survenir.
  • Financier : avec un coûteux processus de recrutement à relancer et les pertes de chiffre d’affaires d’une part, l’entreprise connaît des difficultés. Sans parler du recours à des solutions alternatives ponctuelles onéreuses (intérim par exemple), des coûts de dysfonctionnement ou bien encore du coût d’un licenciement à supporter, la situation de l’entreprise sera chamboulée et sa vie financière connaît une menace.

Pour éviter tous ces désagréments, dans sa démarche, l’entreprise doit être plus rigoureuse. D’ailleurs, c’est uniquement dans ce sens que votre démarche sera couronnée de succès. En entreprise, il faut toujours choisir la bonne solution. Pour ne pas alourdir les frais de structure, pourquoi ne pas prendre un manager de transition par exemple.

Un bon processus de recrutement

Pour recruter efficacement, le travail de l’entreprise se résume en 3 étapes importantes et surtout interdépendantes :

Étape 1 : définir précisément, d’une part, la fiche de poste, le profil du candidat, ses qualifications ainsi que ses compétences, et d’autre part, la méthode et les moyens de recrutement.

Étape 2 : rechercher la perle rare grâce aux leviers et outils de recrutement que vous avez choisi dans l’étape précédente. Choisir ensuite le  du profil convoité et ce n’est pas tout.

Étape 3 : Intégrer le nouveau venu : accueil, intégration dans l’entreprise et dans son poste,  exécution des formalités administratives (rédaction du contrat de travail pour cimenter la nouvelle relation entre les 2 parties, déclaration aux organismes sociaux…).

Analyste financier, le poste le plus convoité

Au cours des derniers mois, plusieurs étudiants ont (enfin) terminé leur parcours scolaire. Et contrairement à ce que ces derniers peuvent croire, il ne s’agit pas de la fin de l’aventure, mais bien le début. Une fois diplômé, la course à l’emploi commence. Comme tous les ans, le site d’emploi Indeed.com analyse alors les nouvelles tendances et dresse une liste des 15 postes d’entrée les plus recherchées. Et en 2018, c’est le domaine de la finance qui remporte le plus de succès. Dans le top 15, le poste d’analyste financier arrive en tête de liste (avec 2928 clics par million de clics comptabilisés par le site). Mais en quoi consiste réellement ce métier ?

Les missions de l’analyste financier

Selon la hiérarchie, l’analyste financier est rattaché directement au responsable des études financières ou au responsable de service d’une entreprise. Tout au long de sa carrière, ce dernier aura en charge plusieurs missions dont voici les plus importantes :

  • La collecte d’informations

C’est l’analyste financier qui est en charge de réunir tous les documents et bilans financiers. En vue d’une analyse approfondie sur ces données, il pourrait entrer en contact direct avec les directeurs financiers ou encore les directeurs généraux.

  • L’analyse des résultats

Après avoir récolté les documents nécessaires, ce dernier devra analyser les différentes valeurs et proposer une interprétation des résultats. Cette interprétation est primordiale, car il en va de l’avenir de l’entreprise.

  • Les recommandations

À partir de son interprétation, l’analyste financier devra produire des recommandations en vue d’améliorer la production de l’entreprise ainsi que de le développer. L’analyste est souvent celui qui est le responsable de l’achat ou de la vente d’actions en fonction du contexte et de ses études financières.

Quelles sont les qualités requises ?

Vous n’êtes donc certainement pas le seul candidat qui veut décrocher le poste d’analyste financier. Il est donc primordial que vous vous différenciiez des autres candidats en ayant les qualités nécessaires pour tenir ce poste. L’un des points requis est la capacité d’analyser des données et de synthétiser ces derniers. Pour ce faire, l’analyste devra être capable de faire la différence entre les différents niveaux d’informations. Bien évidemment, une forte connaissance financière est nécessaire ici. En effet, il doit être capable de lire et interpréter les bilans, tenir des comptes, rédiger des documents comptable et financiers. Avec un marché en constante évolution, il se doit de se tenir toujours informé des dernières tendances.

Comment obtenir un poste d’analyste financier ?

En ayant le diplôme, les connaissances et les qualités nécessaires, vous pouvez vous lancer à la recherche d’un poste d’analyste financier. Attention tout de même, vous n’êtes pas le seul dans le bateau. Il vous faut donc adopter les bonnes techniques : soyez certains d’être le profil recherché, faites les recherches sur les différents réseaux d’emplois, usez de votre carnet d’adresses.

Les différentes étapes d’un entretien d’embauche

Saviez-vous que le succès de votre entreprise repose sur l’embauche des salariés performants et motivés ? Pour trouver le bon candidat pour un poste déterminé, vous devez faire preuve de rigueur sur le plan méthodique, technique et outil.  

La préparation à faire

Vous souhaitez remplacer ou pourvoir un nouveau poste au sein de vote entreprise ? Vous devez préparer vos entretiens de recrutement. Le succès d’un entretien d’embauche repose sur sa bonne préparation même au petit détail. Premièrement, il est important de bien déterminer les besoins de votre organisation. Puis, vous pouvez établir le profil idéal du candidat par le biais de ses qualités et compétences pour le poste. Ensuite, la rédaction d’une fiche de poste claire et précise doit être discutée entre vos collaborateurs. Il est aussi primordial de préparer les outils qui vous accompagnent durant l’entretien comme le gille d’entretien et le tableau de bord d’analyse. Ces outils faciliteront votre prise de décision à postériori. Et pour terminer cette étape préliminaire, vous pourrez diffuser votre campagne de recrutement sur les canaux choisis par votre organisme. Il est également essentiel de préparer le plan d’intégration de ou des nouveau(x) recru(s).   

La procédure à entreprendre

Pendant un entretien d’embauche, la notion la plus importante est de bien gérer le temps quelle que soit votre technique. Pour mener efficacement un entretien, ayez  un sens d’écoute et pensez à suivre les démarches suivantes :

  • L’accueil du candidat : il doit sentir qu’il est attendu et que vous avez pris le temps de faire sa rencontre. Et instaurez ensuite un climat de confiance avant de commencer pour qu’il soit à l’aise.
  • Prendre le temps de se présenter, puis vous devez lui résumer clairement le déroulement de l’entretien et décrire brièvement la poste à pouvoir : les missions, le salaire, les horaires, les droits et avantages et autres.
  • Découvrir le candidat : cette étape dure au maximum 30 min. C’est au postulant de se présenter, d’informer de sa formation, ses compétences et ses expériences durant sa vie professionnelle. Vous devez aussi lui interroger sur ses motivations sur le poste proposé, ses projets professionnels et également sur ses activités extra-professionnelles.
  • Réaliser un bilan partagé : invitez le candidat à poser des questions.
  • Expliquez au postulant la suite du processus du recrutement et remerciez-le pour le temps qu’il vous a accordé avant de le libérer. 

L’évaluation nécessaire

Cette étape est aussi très cruciale. À l’issu d’un entretien d’embauche, vous devez évaluer toutes les informations pertinentes pendant la procédure et les partagez avec les autres acteurs. Pour cela, vous pouvez munir d’une grille d’évaluation et/ou de comparaison pour distinguer le meilleur candidat. Ensuite, cet outil vous aidera à prendre une décision soit recommencer le processus de recrutement, soit conduire une seconde vague d’entretien, soit convenir une période d’essai avec un candidat particulièrement convaincant. Et une fois la décision est prise, vous avez le devoir d’en informer à l’ensemble des candidats entretenus. Et enfin, contactez le candidat retenu et préparer avec le plus grand soin son intégration au sein de votre entreprise. Celle-ci est un gage de sa motivation et surtout de sa productivité.

Comment devenir un meilleur employé ?

Que vous travailliez dans un bureau, dans un centre d’appel ou dans un fast-food, il est important de travailler fort et d’être un bon employé. Consacrez-vous aux tâches qui vous sont assignées et participez à toutes les formations qui vous sont proposées. Traitez toujours vos collègues, clients et superviseurs avec respect. Être un bon employé montre à votre superviseur que vous êtes dédié à votre travail et montrera votre éligibilité à une promotion ou à une augmentation. Nous vous proposons nos meilleurs conseils qui vous aident à accomplir vos tâches en tant que meilleurs employés.

Prioriser les tâches à accomplir

Face à des responsabilités complexes, il est naturel de se laisser emporter par la pensée de « que dois-je aborder en premier ? Une réponse simple à de telles situations consiste à « hiérarchiser » les tâches. Pour cela, vous pouvez utiliser plusieurs techniques d’organisation des tâches :

  • Vous pouvez mettre toutes les tâches par ordre croissant de priorité sur papier et vous en tenir au plan. Les délais devraient pouvoir vous aider à bien respecter l’ordre de planification.
  • Si les délais ne sont pas le facteur que votre cerveau est censé suivre, vous avez d’autres options, telles que la complexité de la tâche, le temps pris ou tout autre facteur qui, à votre avis, vous aidera à atteindre votre objectif.

Une pratique régulière de cette méthode finira par vous aider à comprendre vos stratégies d’exécution personnalisées.

Continuez le jeu d’apprentissage

Apprendre de nouvelles choses vous réorganise pour atteindre une meilleure version de soi. Votre parcours professionnel marque une nouvelle étape dans votre éducation. Les gens ont tendance à l’abandonner une fois qu’ils ont le sentiment d’avoir accompli le succès escompté et qu’ils se sentent à l’aise dans le giron de la monotonie. Rappelez-vous constamment que rien ne devrait vous empêcher d’apprendre et de progresser en explorant des nouvelles choses. Cela fait partie du progrès et vous aide à redécouvrir vos capacités et vos émotions. Fixer des objectifs pour essayer de s’habituer aux nouvelles technologies à chaque fois est primordial. Et lorsque vous avez atteint l’un, avancez vers un autre.

Soyez passionné par le travail et améliorez votre concentration

Analysez votre état d’esprit et votre attitude vis-à-vis de votre travail. S’il n’y a pas de passion en jeu, il est difficile de faire un bon travail. Il ne sert à rien de se présenter chaque jour au travail avec des œillères et d’entraîner une série d’événements qui sont devenus votre seconde nature depuis que vous le faites tous les jours. Grandir avec votre travail chaque jour nécessite un dévouement de 100%. Plutôt que de manœuvrer avec les mêmes vieilles astuces, réfléchissez à la mise au point de nouvelles approches et voyez comment cela rapporterait en agissant avec passion.

La génération actuelle a beaucoup de distractions. En fait, il semble y en avoir un nouveau chaque jour. Bien que certains soient importants, certains finissent par perdre beaucoup de votre temps. Pour ajouter de la valeur à ce que vous faites et accomplir plus que ce que vous avez décidé, améliorez votre concentration. Identifiez les distractions qui vous dérangent et limitez leur utilisation. En apprenant à limiter les distractions, votre productivité s’améliorera.

Un curriculum vitae efficace pour l’acquisition d’un stage

Vous décidez d’envoyer une candidature pour décrocher un stage ? Il est indispensable de présenter un curriculum vitae, communément appelé CV. C’est une manière de résumer en une ou quelque page votre parcours professionnel. Pour attirer l’attention des recruteurs, il doit être bien présenté et clair.

Les raisons de faire un CV pour un stage

Pour obtenir un stage qui vous convient, votre CV devra être stratégique parce qu’il est votre passeport pour procéder à une demande de stage. Son contenu doit mentionner des informations importantes telles que vos compétences, votre diplôme, votre savoir-être et aussi vos centres d’intérêt. Autrement dit, il doit être cohérent avec votre projet pédagogique et le profil proposé par l’entreprise. Ainsi, vous devez bien soigner votre présentation en CV pour que le recruteur décide de vous rencontrer. Pour cela, votre CV doit lui donner des preuves concrètes de votre savoir-faire, de votre capacité et de vos compétences. Il est donc conseillé de conserver les éléments pertinents correspondant au stage que vous souhaitez effectuer.

Le contenu d’un CV de stage

Pour maximiser votre chance d’obtenir un rendez-vous d’entretien, vous devez y détailler vos études, car vous n’avez pas bien évidemment des expériences professionnelles. Pour cela, votre CV doit contenir des rubriques incontournables :

  • Vos coordonnées personnelles situées en haut à gauche : état civil, adresse, téléphone et adresse e-mail
  • La formation qui doit être présentée par ordre chronologique. Et il faut indiquer l’année d’obtention, l’intitulé du diplôme et le nom de l’établissement.
  • Vos compétences : vous pouvez créer des paragraphes pour mentionner les langues en précisant votre niveau, en notant les voyages et les tests linguistiques, l’informatique en citant les logiciels maîtrisés, le permis de conduire, le secourisme, et autres.
  • Vos expériences : dont vous pouvez mentionner les stages que vous avez déjà faits, les travaux en groupe encadrés par un professionnel, les jobs d’été, les bénévolats, et autres.
  • Vos centres d’intérêt permettant au recruteur d’interpréter votre sens de responsabilité ou de découvrir votre savoir-faire dans une autre branche comme le sport, la culture, les loisirs, et autres.

Les règles basiques pour rédiger un CV idéal

Pour décrocher un stage, vous devez être concis dans votre CV. Il doit être simple, mais clair. Pour cela, il est recommandé de prendre au moins une heure pour le rédiger. Il faut éviter les fautes d’orthographe et les abréviations. Il doit être rédigé sur un papier blanc de format A4, d’une page et saisi par un traitement de texte avec un caractère classique. Autrement dit, faites une mise en page équilibrée et aérée pour rendre votre CV facile à lire. Concernant le titre, il est judicieux d’indiquer clairement l’intitulé du poste que vous convoitez ou présenter en termes simples les activités que vous recherchez. Une fois bien rédigé, il est conseillé de relire votre CV et faire lire par vos parents ou proches pour corriger des éventuelles fautes d’orthographes ou grammaires 

La formation et le développement jouent un rôle efficace dans la productivité de toute organisation

La formation est essentielle, car la technologie se développe continuellement et rapidement. Les systèmes et les pratiques deviennent rapidement obsolètes en raison de nouvelles découvertes technologiques, y compris des aspects techniques, de gestion et comportementaux. Les entreprises qui ne possèdent pas une stratégie de développement des ressources humaines pour rattraper et utiliser la technologie croissante deviennent rapidement obsolètes. Cependant, le développement des personnels dans une entreprise ou dans une organisation peut contribuer à son efficacité.

Pourquoi le besoin en formation de développement des Ressources Humaines est-il important ?

Il existe plusieurs raisons pour lesquelles cette formation devient nécessaire :

  • L’emploi de main-d’œuvre inexpérimentée et nouvelle nécessite des instructions détaillées pour une performance efficace au travail.
  • Les anciens employés ont besoin d’une formation de recyclage leur permettant de se tenir au courant de l’évolution des techniques et de l’utilisation d’outils et d’équipements sophistiqués.
  • La formation est nécessaire lorsqu’une personne doit passer d’un emploi à un autre en raison d’un transfert, d’une promotion ou d’une rétrogradation.

Une telle évolution doit cependant être surveillée de manière à être utile. Sans un suivi adéquat, le développement risque d’accroître la frustration des employés si, une fois leurs compétences développées, leurs attentes augmentées, ils ne se voyaient pas offrir la possibilité de les appliquer. Un meilleur système de formation aiderait grandement à surveiller les orientations dans lesquelles les employés devraient évoluer dans le meilleur intérêt de l’organisation. Un bon système de formation garantit également que les employés évoluent dans des directions conformes à leurs plans de carrière et à l’objectif de l’entreprise.

Satisfaction au travail

La formation et le développement permettent aux employés de se sentir plus satisfaits du rôle qu’ils jouent dans l’entreprise ou l’organisation. Ceci est motivé par la grande capacité qu’ils acquièrent pour exécuter leurs tâches. Ils ont le sentiment d’appartenir à l’entreprise ou à l’organisation pour laquelle ils travaillent. La seule façon de les récompenser est de fournir les meilleurs services possibles. L’autre avantage de la formation est de garder les employés motivés. Cela montre également aux employés qu’ils sont suffisamment précieux et que l’employeur investisse dans leur développement.

Réduction du taux de l’absentéisme

La formation des employés coûte du temps et de l’argent. La formation crée un sentiment de confiance dans l’esprit des employés. Cela leur donne une sécurité sur leur lieu de travail. En conséquence, les taux de rotation du travail et d’absentéisme sont réduits. Le monde des affaires étant en constante évolution et dynamique, les entreprises devront former leurs employés tout au long de leur carrière. Si l’entreprise ne fournit pas de formation continue, elle aura du mal à rester en tête de la compétition. La formation des employés peut être rentable, car elle est moins coûteuse de former les employés existants que de recruter de nouveaux employés possédant les compétences dont vous avez besoin.

La formation en entreprise

Pour une organisation, la formation en entreprise est devenue comme une nécessité. Certes, il s’agit d’un investissement bénéfique, dans le sens où les formés prennent le dessus et développent l’entreprise.

La formation en entreprise, c’est quoi au juste ?

Pour peaufiner certaines compétences et en développer de nouvelles, la formation en entreprise est indispensable. Elle se décline sous diverses formes et se donne suite à l’initiative d’une entreprise ou de requêtes d’employés

Formation : les avantages pour l’entreprise.

L’efficacité de la formation dans la croissance de l’entreprise a été confirmée de nombreuses fois. Non seulement ses résultats sont concrets et mesurables, mais elle offre de nombreux avantages :

  • Les salariés auront la même vision et avanceront dans la même direction.
  • L’entreprise pourra même dicter l’objectif et la stratégie à appliquer pour y arriver.
  • Elle personnalise les employés pour s’adapter spécialement à son domaine d’activité.
  • Elle permet à une entreprise de s’assurer de sa qualité de production.
  • Elle fait faire correspondre les compétences du personnel avec les besoins de l’entreprise.
  • Avec une formation en interne, le savoir-faire de vos employés ne sera plus ainsi remis en question.
  • Elle est primordiale pour adapter le capital humain aux évolutions de l’entreprise.

Elle permet aux collaborateurs de participer activement à la gestion de leur carrière et d’évoluer dans l’entreprise. Seulement, les besoins de l’entreprise doivent être bien analysés en amont, en vue d’élaborer un plan de formation efficace. Au-delà de la formation, les ressources humaines doivent disposer d’outils permettant d’assurer la communication efficace sur les campagnes de formation et gérer ainsi toute leur organisation. Mais ce qui n’est pas du tout en reste, c’est que les collaborateurs doivent se sentir concernés par ce processus et y voient leur intérêt personnel au sein de la société.

De nouveaux défis pour les employés

Une formation professionnelle se présente comme une occasion d’acquérir de nouvelles compétences pour les salariés. Si ces derniers se contentent de leur expérience, cela pourrait devenir un frein pour leur développement personnel et bloquer par la suite celui de l’entreprise. Grâce à une formation, les employés vont voir les choses d’un nouvel œil, ce qui leur permettra d’acquérir de nouvelles compétences complémentaires et additionnelles aux leurs et pouvant ainsi leur permettre de travailler avec efficacité et surtout avec plus de rapidité. Les salariés font donc face à de nouveaux défis, des résultats qui participeront grandement à l’évolution de l’entreprise et à sa capacité de production. La formation est aussi un nouveau développement de carrière pour les meilleurs, car ils pourront très bien avoir une promotion.

Le plus souvent, les entreprises font appel à des étrangers pour faire leur formation, car elles estiment que ce choix favorise l’échange ainsi que l’ouverture avec l’extérieur.

Vos droits et vos obligations en tant qu’employé

En tant qu’employé, on dispose d’un certain droit et on est aussi soumis à des obligations.

La loi impose plusieurs obligations à votre employeur, ce sont vos droits

En tant qu’employé au sein d’une entreprise et ce peu importe sa taille et son type, vous avez droit à :

  • Un lieu de travail décent et toujours accessible. Celui-ci doit disposer l’équipement, les outils et autres moyens nécessaires à l’exécution de votre travail.
  • Un salaire convenable avec tous les avantages ayant une valeur pécuniaire comme le paiement des jours chômés, les vacances et les autres types de congés.
  • Des conditions de travail respectant votre sécurité, votre santé et également votre intégrité physique.
  • À un milieu de travail exempt de tout harcèlement.

Les obligations d’un employé envers son employeur

Comme l’employeur, vous avez également des obligations envers lui. Ces obligations tiennent toujours même si vous travaillez à temps partiel, de façon occasionnelle ou sans entente écrite avec votre employeur. Par rapport à vos principales obligations envers votre employeur, vous devez en effet :

  • Faire vous-même le travail que lequel vous avez été embauché.
  • Exécuter votre job avec diligence et prudence : absence injustifiée ou excessive et retard chronique, suivant les circonstances, ces cas peuvent justifier les sanctions ou le renvoi.
  • Prendre les mesures nécessaires pour ne pas vous mettre en danger ou mettre en danger la santé, la sécurité ou l’intégrité physique des autres employés.
  • Respecter les consignes de vos supérieurs sauf circonstances exceptionnelles (quelque chose d’illégal ou de dangereux).
  • Être loyal.

Les éventuelles sanctions en cas non-respect de vos obligations

Si vous ne respectez pas vos obligations envers votre employeur, il peut :

  • Vous imposer des mesures disciplinaires : un avis disciplinaire écrit, une suspension.
  • Vous imposer des mesures administratives : une lettre d’évaluation de votre rendement, une rétrogradation.
  • Vous congédier si vous faites quelque chose de très grave.
  • Vous poursuivre afin d’obtenir une compensation financière.
  • Vous poursuivre pour que vous arrêtiez les activités qui lui causent un tort.

Que faire si votre employeur ne respecte pas ses obligations à votre égard ?

Avant d’entreprendre toute démarche, il convient d’abord de parler avec votre employeur afin qu’il corrige la situation. Dans le cas échéant : vous pouvez déposer une plainte (ou une demande) auprès des organismes publics, agents ou tribunaux suivants :

  • La Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail.
  • Le Tribunal administratif du travail ou autres.

En effet, le choix de l’organisme public, de l’agent ou du tribunal compétent dépendra de la loi en cause, du montant en cause, de la juridiction en cause, et de votre statut d’employé syndiqué ou non.

Les critères d’un coaching de qualité

Le choix d’un coach est primordial et on ne le redira jamais assez. Outre sa connaissance approfondie du monde de l’entreprise, ses capacités d’adaptation et son esprit d’ouverture, il doit également disposer d’une expérience confirmée, d’un minimum de travail de « développement personnel », mais surtout il doit être formé aux techniques de son métier. Il doit également respecter une déontologie éthique.

La durée du coaching

S’il y a bien une chose qui dérange les coachés, c’est la durée du coaching. Un coaching de qualité se reconnaît par sa période fixée et limitée à l’avance. En moyenne, l’intervention dure entre six et dix séances d’une durée d’une à deux heures chacune  et espacée d’au moins une semaine.

Le lieu du coaching

Quand le coaching est dirigé par un professionnel, le lieu sera bien précisé. S’il se déroule en interne, la salle sera précisée par l’entreprise. Si la séance se déroule en extérieur (chez le coach, dans une salle privée ou autres), les précisions doivent également être mentionnées. Peu importe le lieu, il est indispensable que la salle se tienne à l’écart des bruits et de toute indiscrétion. Ce point est important, car pour pouvoir se concentrer, l’assistance aura besoin d’un minimum de silence. Si la présence du coach a été toujours était le cas d’un coaching, de nouvelles pratiques débarquent en France. Les nouvelles pratiques se font en effet par téléphone ou encore par internet, mais en pesant le pour et le contre, nombreux plaident pour une relation en face à-face et même les coachs sont persuadés là-dessus.

L’engagement contractuel

Pratiquement, le coaching à la demande d’une entreprise doit absolument être encadré par l’établissement d’un contrat tripartite. L’établissement de cette convention permet d’éviter les dérives entre la demande de l’entreprise et le coaché car le document mentionne bien les informations suivantes :

  • La situation du coaching.
  • Les objectifs à atteindre.
  • Les modalités d’intervention.
  • Sa fréquence.
  • Son lieu d’établissement.
  • Le cadre du respect de la confidentialité.

Comment acheter une prestation de coaching ?

Vu la subtilité du métier et les effets qu’il apportera, il faut bien acheter une prestation de coaching. Pour s’assurer de faire le bon choix. Explorez avec lui trois critères fondamentaux :

  • Son parcours : sa formation en coaching ; son chemin d’accompagnateur et de professionnel ; ses cadres de référence professionnelles (méthodes, techniques, concepts) ainsi que le cadre déontologique dans lequel il agit.
  • Son écologie : comme l’évolution est permanente dans ce métier, il est important de savoir s’il se fait superviser par un professionnel, qui recadrera sa pratique.
  • Sa relation : relation saine où le coach est centré sur la problématique et sur les enjeux.

Changer de carrière grâce à la reconversion professionnelle 

Vous commencez à manquer de motivation pour votre travail, car vous avez l’impression de stagner ou que vous n’avez plus la force de continuer ? Il est peut-être temps pour vous de changer de carrière. Ce pas n’est pourtant pas à prendre à la légère, car la reconversion professionnelle doit suivre un mode d’emploi.

Cerner vos motivations

Pour changer de carrière, beaucoup font l’erreur de tout plaquer du jour au lendemain. Certes, cela peut parfois marcher, mais dans la plupart des cas, cette décision tourne à l’échec. D’où la nécessité de bien programmer votre reconversion professionnelle. Pour cerner vos motivations, vous devez répondre sincèrement à plusieurs questions :

  • Votre carrière présente-t-elle réellement un problème ? Ou êtes-vous juste un éternel insatisfait ? Projetez-vous vos problèmes personnels sur votre carrière ? Dans ce cas-là, même en changeant de carrière, votre problème ne risque pas d’être résolu.
  • Est-ce un problème de reconnaissance à votre travail ? Si vous jugez que votre salaire est trop bas par rapport à votre formation ou bien votre investissement, commencez par demander une augmentation, voire une mutation pour essayer de changer votre situation.
  • Est-ce votre métier ou votre environnement qui pose problème ? Si c’est le cas, pourquoi ne pas changer tout simplement de service.

Si toutes les réponses à ces questions vous confirment encore une fois que c’est bien votre carrière qui devient un blocage pour votre épanouissement professionnel, bienvenue donc dans le monde de la reconversion professionnelle.

Évaluer votre potentiel et identifier votre nouvelle carrière    

Il se peut que vous ayez déjà une idée bien précise de la carrière que vous souhaiteriez avoir, mais il est toujours bénéfique de faire un bilan de compétences. Cette étape vous permettra en effet d’identifier vos forces (compétences et expériences) et vos faiblesses, et surtout vos besoins en matière de formation. Avec les réponses obtenues, vous pouvez trouver la carrière la mieux adaptée pour vous en tenant compte de vos envies. Pour pouvoir avancer, faites-vous un rétro planning et surtout, fixez-vous des objectifs précis en temps et en action.

Mobiliser les aides

En fonction de votre situation actuellement et de votre ancienneté, différents types d’aides sont mis à votre disposition ;

  • Aides à la formation : en usant de votre Droit individuel à la Formation (DIF) dans votre entreprise actuelle, ou des aides de pôle emploi si vous êtes demandeur d’emploi, vous pouvez choisir un centre de formation.
  • Aide de retour à l’emploi de pôle emploi (pour les demandeurs d’emploi).
  • Aide à la création d’entreprises et à l’installation : auprès de votre région ou de votre département, auprès de pôle emploi, mais aussi auprès de votre commune, ou encore par le biais de concours vous pouvez assurer votre reconversion professionnelle.
  • Aide psychologique : le soutien de vos proches peut vous être une grande aide.

Pour faire votre choix, optez pour la meilleure stratégie afin de construire un projet qui vous convient en prenant de temps de bien vous renseigner.

Construire votre nouvelle carrière

Pour maximiser vos chances, voyez-le changement de carrière comme un changement de cap, une continuité, une amélioration non comme une coupure permettant de tout recommencer à zéro. L’entreprise à laquelle vous souhaitez intégrer doit vous voir comme un atout pour leur affaire non comme un facteur de risque.