Comment trouver un emploi en France en tant que diplômés étrangers ?

Les diplômés étrangers ont beaucoup de possibilités de trouver du travail en France. En fonction de votre nationalité, il se peut que vous n’ayez pas besoin d’un permis de séjour temporaire. Cependant, il existe plusieurs points que vous devriez prendre en compte si vous pensez chercher un travail en France.

Étudiants européens

Les étudiants étrangers originaires d’un pays de l’Union européenne, de l’Espace économique européen ou de la Suisse peuvent rester en France pour chercher du travail après leurs études. Ils peuvent rester aussi longtemps qu’ils le souhaitent. S’ils ont moins de 28 ans, ils peuvent également travailler en tant que volontaires internationaux dans un bureau administratif français ou une entreprise à l’étranger.

Étudiants non européens

Pour rester en France après avoir obtenu leur diplôme, les étudiants non européens doivent avoir une promesse d’emploi ou un contrat de travail et être payés au moins une fois et demie le salaire minimum. Néanmoins, il existe certaines conditions à respecter pour un diplômé étranger non européen :

  • Sans promesse d’emploi, un diplômé étranger non européen peut demander un permis de séjour temporaire (APS) valable 12 mois et non renouvelable, alors qu’il cherche un emploi en France. Pour ce faire, ils doivent posséder un baccalauréat professionnel ou une maîtrise ou être en train de créer une entreprise.
  • Les étudiants des pays ayant des accords bilatéraux avec la France bénéficient de conditions particulières pour la délivrance de leur titre de séjour provisoire (APS): (Sénégal, Gabon, Bénin, Tunisie, Maurice, Cap-Vert, Burkina Faso, Cameroun, Macédoine, Monténégro, Serbie et Liban, Inde). Consultez le site Web du ministère de l’Intérieur ou contactez le bureau de Campus France dans ces pays pour obtenir des informations supplémentaires sur votre situation.

Quelques conseils pratiques lors de la recherche de travail en France

Avant de commencer à chercher un emploi, identifiez le type de poste que vous recherchez. Ensuite, préparez votre CV et une lettre de motivation pour répondre aux attentes françaises. Gardez un œil sur les sites présentant des offres d’emploi et créez des alertes par e-mail en enregistrant vos critères de recherche. Prenez le temps de mettre à jour votre CV et de l’adapter à l’offre d’emploi pour laquelle vous postulez. Assurez-vous d’envoyer des candidatures spontanées aux entreprises qui vous intéressent afin qu’elles apprennent à vous connaître.

Les recruteurs utilisent de plus en plus fréquemment les réseaux sociaux pour se faire une idée des candidats qu’ils envisagent d’appeler. Rendez-vous à des salons de l’emploi pour rencontrer des recruteurs. CV et lettre de motivation en main, vous aurez plusieurs entretiens dans la même journée. Comme vous n’avez pas beaucoup de temps pour les convaincre, assurez-vous d’être bien préparés. Le stage de fin d’études est souvent obligatoire. Il vous permet de mieux comprendre le monde du travail et d’appliquer la théorie et les compétences acquises au cours de vos années d’études.

Trouver un emploi à coup sûr

Étudiant, stagiaire, jeune diplômé ou déjà travailleur, un jour ou l’autre, on passe tous par la phase « recherche d’emploi ». Aujourd’hui, il est devenu plus facile de faire ce pas, car tous les moyens sont mis à notre disposition.

Lister les entreprises et les postes les plus intéressants

Il est vrai que vous êtes à la recherche d’un travail, mais cela ne veut pas pour autant dire que vous devez paraître désespéré et accepter n’importe quel emploi. Pour trouver un emploi, ça ne sert à rien d’envoyer un CV à toutes les entreprises. Concentrez-vous plutôt sur les entreprises et les postes intéressants en tenant compte de vos études, de votre profil, de vos préférences et aussi de vos objectifs professionnels. Pour postuler à des offres d’emploi qui vous satisferont plus, organisez-vous dans votre recherche pour rester toujours actif et arriver à évaluer efficacement la pertinence des offres par rapport à votre projet professionnel.

Préparer votre candidature

Après avoir établi votre liste, assurez-vous d’avoir une candidature adaptée à chaque offre et surtout convaincante. Ne prenez donc pas le risque de contacter les entreprises sans avoir préparé un CV et une lettre de motivation. Le CV doit :

  • Etre facilement lisible.
  • Avoir une touche d’originalité.
  • Faire apparaître les choses importantes en grand.
  • Détailler les expériences ayant un rapport avec le poste.

Tout comme le CV, la lettre de motivation doit également être adaptée à l’offre d’emploi. Comme son nom l’indique, elle doit donc décrire efficacement vos motivations à occuper le travail et à faire partie de l’entreprise. Pour ce faire, montrez-vous très intéressé au contexte professionnel. Chaque lettre de motivation doit être personnalisée à commencer par le nom de l’entreprise à laquelle vous envoyez votre candidature.

Développer votre réseau

Aujourd’hui, trouver de l’emploi ne suffit plus de postuler aux offres et attendre les réponses. Vous devez également faire développer et renforcer votre réseau grâce au networking. Ce pas vous aidera à entrer en contact avec les entreprises et avec toutes autres relations (contact universitaire et contact d’une ancienne expérience), car oui, toutes les recommandations de vos contacts augmenteront vos chances. Le networking vous permet donc de trouver rapidement une bonne opportunité d’emploi.

Soyez présent sur Internet, mais de manière intelligente

Comme tout se passe actuellement sur Internet, il en est de même pour la recherche de candidats dont, il n’y a rien de plus intéressant que de trouver de l’emploi sur le web. En augmentant votre présence sur le net vous aurez plus de chance de tomber sur de nombreux recruteurs. Pour agir efficacement par contre, assurez-vous d’utiliser uniquement les plateformes et réseaux sociaux professionnels correspondants à votre profil (diplômes, années d’expérience et à vos objectifs professionnels.

C’est seulement en vous préparant et en sachant ce que vous faites que vous allez pouvoir mieux affronter les recruteurs et les éventuels imprévus. Pour arriver à tout gérer et éviter les erreurs, créez un planning avec :

  • Le nom de l’entreprise.
  • Le contact direct (e-mail).
  • La date à laquelle vous l’avez contactée.
  • La date de relance.

Analyste financier, le poste le plus convoité

Au cours des derniers mois, plusieurs étudiants ont (enfin) terminé leur parcours scolaire. Et contrairement à ce que ces derniers peuvent croire, il ne s’agit pas de la fin de l’aventure, mais bien le début. Une fois diplômé, la course à l’emploi commence. Comme tous les ans, le site d’emploi Indeed.com analyse alors les nouvelles tendances et dresse une liste des 15 postes d’entrée les plus recherchées. Et en 2018, c’est le domaine de la finance qui remporte le plus de succès. Dans le top 15, le poste d’analyste financier arrive en tête de liste (avec 2928 clics par million de clics comptabilisés par le site). Mais en quoi consiste réellement ce métier ?

Les missions de l’analyste financier

Selon la hiérarchie, l’analyste financier est rattaché directement au responsable des études financières ou au responsable de service d’une entreprise. Tout au long de sa carrière, ce dernier aura en charge plusieurs missions dont voici les plus importantes :

  • La collecte d’informations

C’est l’analyste financier qui est en charge de réunir tous les documents et bilans financiers. En vue d’une analyse approfondie sur ces données, il pourrait entrer en contact direct avec les directeurs financiers ou encore les directeurs généraux.

  • L’analyse des résultats

Après avoir récolté les documents nécessaires, ce dernier devra analyser les différentes valeurs et proposer une interprétation des résultats. Cette interprétation est primordiale, car il en va de l’avenir de l’entreprise.

  • Les recommandations

À partir de son interprétation, l’analyste financier devra produire des recommandations en vue d’améliorer la production de l’entreprise ainsi que de le développer. L’analyste est souvent celui qui est le responsable de l’achat ou de la vente d’actions en fonction du contexte et de ses études financières.

Quelles sont les qualités requises ?

Vous n’êtes donc certainement pas le seul candidat qui veut décrocher le poste d’analyste financier. Il est donc primordial que vous vous différenciiez des autres candidats en ayant les qualités nécessaires pour tenir ce poste. L’un des points requis est la capacité d’analyser des données et de synthétiser ces derniers. Pour ce faire, l’analyste devra être capable de faire la différence entre les différents niveaux d’informations. Bien évidemment, une forte connaissance financière est nécessaire ici. En effet, il doit être capable de lire et interpréter les bilans, tenir des comptes, rédiger des documents comptable et financiers. Avec un marché en constante évolution, il se doit de se tenir toujours informé des dernières tendances.

Comment obtenir un poste d’analyste financier ?

En ayant le diplôme, les connaissances et les qualités nécessaires, vous pouvez vous lancer à la recherche d’un poste d’analyste financier. Attention tout de même, vous n’êtes pas le seul dans le bateau. Il vous faut donc adopter les bonnes techniques : soyez certains d’être le profil recherché, faites les recherches sur les différents réseaux d’emplois, usez de votre carnet d’adresses.

Vos droits et vos obligations en tant qu’employé

En tant qu’employé, on dispose d’un certain droit et on est aussi soumis à des obligations.

La loi impose plusieurs obligations à votre employeur, ce sont vos droits

En tant qu’employé au sein d’une entreprise et ce peu importe sa taille et son type, vous avez droit à :

  • Un lieu de travail décent et toujours accessible. Celui-ci doit disposer l’équipement, les outils et autres moyens nécessaires à l’exécution de votre travail.
  • Un salaire convenable avec tous les avantages ayant une valeur pécuniaire comme le paiement des jours chômés, les vacances et les autres types de congés.
  • Des conditions de travail respectant votre sécurité, votre santé et également votre intégrité physique.
  • À un milieu de travail exempt de tout harcèlement.

Les obligations d’un employé envers son employeur

Comme l’employeur, vous avez également des obligations envers lui. Ces obligations tiennent toujours même si vous travaillez à temps partiel, de façon occasionnelle ou sans entente écrite avec votre employeur. Par rapport à vos principales obligations envers votre employeur, vous devez en effet :

  • Faire vous-même le travail que lequel vous avez été embauché.
  • Exécuter votre job avec diligence et prudence : absence injustifiée ou excessive et retard chronique, suivant les circonstances, ces cas peuvent justifier les sanctions ou le renvoi.
  • Prendre les mesures nécessaires pour ne pas vous mettre en danger ou mettre en danger la santé, la sécurité ou l’intégrité physique des autres employés.
  • Respecter les consignes de vos supérieurs sauf circonstances exceptionnelles (quelque chose d’illégal ou de dangereux).
  • Être loyal.

Les éventuelles sanctions en cas non-respect de vos obligations

Si vous ne respectez pas vos obligations envers votre employeur, il peut :

  • Vous imposer des mesures disciplinaires : un avis disciplinaire écrit, une suspension.
  • Vous imposer des mesures administratives : une lettre d’évaluation de votre rendement, une rétrogradation.
  • Vous congédier si vous faites quelque chose de très grave.
  • Vous poursuivre afin d’obtenir une compensation financière.
  • Vous poursuivre pour que vous arrêtiez les activités qui lui causent un tort.

Que faire si votre employeur ne respecte pas ses obligations à votre égard ?

Avant d’entreprendre toute démarche, il convient d’abord de parler avec votre employeur afin qu’il corrige la situation. Dans le cas échéant : vous pouvez déposer une plainte (ou une demande) auprès des organismes publics, agents ou tribunaux suivants :

  • La Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail.
  • Le Tribunal administratif du travail ou autres.

En effet, le choix de l’organisme public, de l’agent ou du tribunal compétent dépendra de la loi en cause, du montant en cause, de la juridiction en cause, et de votre statut d’employé syndiqué ou non.